Téléphone
+33 1 86 90 58 40
Email
contact@gerolami-avocat.fr
CONTACT

Accident médical

L’accident médical désigne à la fois les cas d’erreur médical, infection nosocomiale (maladie hospitalière), aléa thérapeutique, ou des complications suite à la prise d’un médicament.

Certains médicament sont aujourd’hui connus pour leurs effets secondaires et retirés du marché compte tenu de leur gravité:

  • Valproate de Sodium, commercialisé sous le nom Dépakine,
  • Benfluorex plus connu sous son nom commercial Mediator.

L’indemnisation des victimes du Mediator ou de la Dépakine suit une procédure encadrée. Votre avocat peut vous conseiller et vous assister pour obtenir une juste réparation de vos préjudices.

Tout patient d’un établissement public (hôpital…), ou privé (clinique, cabinet libéral…) peut en être victime.

L’accident médical concerne le dommage corporel du patient, dont l’activité médicale elle-même est en cause. Ce dommage corporel peut alors prendre la forme d’une aggravation de l’état de santé du patient, voire de son décès.

Malgré les progrès de la science médicale et des services rendus aux patients, l’accident médical devient de plus en plus fréquent. En effet, pour être efficace, la médecine doit prendre davantage de risques sur les patients. 

Enfin, il est difficilement concevable d’imaginer que l’acte thérapeutique puisse devenir une source de dommages.

Pour déterminer si l’acte médical a été la cause du dommage corporel et s’il a été fautif, il faut que:

  • des professionnels reconnus en expertise médico-légales accompagnent la victime
  • un avocat réalise des diligences particulières en amont et en aval permettant la reconnaissance de victime d’accident médical et une juste indemnisation des préjudices corporels subis.

Le cabinet de Maître Carla GEROLAMI , situé à Fontainebleau-Avon (77), reçoit et accompagne des victimes d’accident médical afin de leur obtenir une juste réparation de leur dommage corporel. 

 

Avocat accident médical, indemnisation dommage corporel

Que faire en cas d'accident médical?

Récupérer votre dossier médical

L’ensemble des pièces médicales ne sont pas automatiquement transmises à la sortie. C’est pourquoi, la victime doit s’adresser par écrit, aux différents établissements de santé et médecins consultés. Par cette voie, elle sollicitera officiellement la copie de son entier dossier médical. Avec ces éléments, votre avocat accident médical pourra :

  • connaître précisément à l’encontre de qui l’action doit être engagée,
  • et mettre en avant les éléments caractérisant un accident médical qu’il s’agisse d’un accident médical fautif ou d’un aléa thérapeutique.

Cette étape n’est pas obligatoire avant de démarrer la procédure. Mais il faut un minimum d’éléments médicaux pour pouvoir entamer les démarches.

Etre conseillé par un avocat aguerri en accidents médicaux

Le droit de la santé est un domaine complexe. Cela nécessite une parfaite connaissance en la matière. Votre avocat expert en accident médical pourra vous aiguiller sur la marche à suivre. Il entamera la procédure la plus adéquate à votre situation personnelle.

La victime doit se présenter au rendez-vous avec un dossier médical complet.

Aussi, elle pourra préparer :

  • une liste des doléances
  • une chronologie de son parcours.

Cela facilitera le travail de l’avocat.

Quel recours suite à un accident médical?

Qu'est-ce-que la CCI (Commission de Conciliation et d’Indemnisation)?

La loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 a mis en place un dispositif amiable, rapide et gratuit de conciliation et d’indemnisation des accidents médicaux consécutifs à un acte de prévention, de diagnostic ou de soins.

Ce dispositif repose sur les Commissions de Conciliation et d’Indemnisation (CCI).

Les dossiers doivent être envoyés aux adresses des pôles inter régionaux :

  • BAGNOLET (Seine-Saint-Denis) pour les régions Île-de-France, Centre, Pays de la Loire, Bretagne, Basse-Normandie, Haute-Normandie, Picardie, Nord-Pas-de-Calais, La Réunion ;
  • LYON pour les régions Bourgogne, Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Languedoc-Roussillon, Auvergne, Corse ;
  • BORDEAUX pour les régions Aquitaine, Midi-Pyrénées, Limousin, Poitou-Charentes ;
  • NANCY pour les régions Lorraine, Alsace, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Guadeloupe, Martinique, Guyane.

Cependant, cette commission pourra se déclarer incompétente si le préjudice n’atteint pas un certain degré de gravité prévue par décret.

Cette procédure a l’avantage d’être rapide et gratuite. Ceci étant, le rapport médical de l’expert de la Commission ne vaut pas expertise judiciaire.

Souvent les assureurs ne donnent pas de suite à l’avis rendu par la CCI.  Dans ce cas, l’avocat de la victime sera contraint d’entamer une procédure judiciaire au fond.

Assignation des établissements, des praticiens et de leurs assureurs ainsi que de l’ONIAM en cas d’aléa thérapeutique

Cette procédure est inévitable en cas d’échec de la procédure engagée devant la CCI, ou de refus de prise en charge de l’assureur couvrant la responsabilité civile professionnelle du praticien ou de l’établissement public mis en cause.

Votre avocat sollicitera la désignation d’un expert judiciaire. Il aura pour mission de caractériser l’accident médical. Ainsi, il pourra éclairer le Tribunal sur les causes et les conséquences de cet accident médical. L’assureur ou l’ONIAM pourrait alors être condamné à indemniser la victime.

Comment obtenir la preuve de l'erreur médicale ?

Lorsqu’un magistrat ou Commission de Conciliation d’Indemnisation ordonne une expertise médicale, la preuve d’une erreur médicale peut alors être rapportée.

Concrètement, votre avocat accident médical va solliciter la désignation d’un expert. Ce dernier organisera une réunion à laquelle vont participer les différents praticiens que vous estimez être à l’origine de l’erreur médicale.

A l’issu de cette réunion, l’expert donnera son avis sur votre prise en charge médicale. Ainsi, il mentionnera à l’encontre de qui un manquement peut être retenu ou si vous avez été victime d’un aléa thérapeutique et dans quelle proportion. L’expert est également en charge de chiffrer les préjudices subis selon la nomenclature Dintilhac.

A noter : Sans exception, chaque établissement de santé et chaque médecin dispose d’un médecin-conseil qui va les défendre d’un point de vue technique. Ils peuvent aussi être assistés d’un avocat, en charge de les défendre sur un plan juridique. Il est donc vivement conseillé qu’un avocat accident médical assite et représente les intérêts de la victime. Il proposera alors l’assistance d’un médecin-conseil de victime lors de l’expertise.

Comment est fixé le montant de vos indemnités suite à un accident médical?

Votre avocat demandera l’indemnisation de vos préjudices corporels en fonction du chiffrage de l’expert. A chaque poste de préjudice correspond une méthode d’évaluation de l’indemnisation.

Ainsi, votre avocat accident médical fera une réclamation complète et personnalisée afin de faire valoir l’ensemble de vos doléances personnelles.

Bien entendu, dans le cadre d’une procédure, ce sera le magistrat qui, en définitive, fixera les indemnités vous revenant.

Que faire si le rapport d’expertise ne retient aucune erreur médicale ?

La victime doit prouver que l’appréciation de son dossier par l’expert est erronée. Elle peut notamment demander à des médecins de même spécialité, un rapport critique sur les conclusions de l’expert. Par exemple, elle peut éventuellement verser aux débats des études médicales contraires. Dans certains cas, elle peut aussi signaler que l’expert n’a pas répondu à ses questions pourtant essentielles au dossier.

L’assistance d’un avocat permet de bénéficier de son réseau de spécialistes et de son expérience pour monter un dossier visant une contre-expertise.

Contacter votre avocat accident médical

Premier rendez-vous gratuit